Accueil / Œuvres / Art du compositeur dramatique ou Cours complet de composition vocale (Antoine Reicha)

Imprimer le contenu de la page

Art du compositeur dramatique ou Cours complet de composition vocale (Antoine Reicha)

Date

1833

Texte

L’art lyrique est sans doute le domaine musical pour lequel Reicha nourrit, au terme de sa carrière, les plus grands regrets. Depuis les refus qu’il avait essuyés à la fin du XVIIIe siècle à Hambourg ou Paris pour montrer ses œuvres ou même obtenir un livret convenable, jusqu’à l’échec public de Sapho (1822)– qui ne connaît que douze représentations –, son Autobiographie témoigne de l’amertume que le compositeur ressentait face à un milieu artistique qu’il ne parvenait pas à intégrer. Fort du succès de ses trois premiers traités, c’est pourtant à l’opéra qu’il consacre son ultime opus pédagogique. « Cours spécial de littérature musicale à l’usage des jeunes compositeurs », cette méthode promet de lever le voile sur les secrets de fabrication des œuvres lyriques. Presque tous les exemples musicaux sont tirés de ses propres œuvres. Divisé – comme le Traité de haute composition musicale – en six livres, cet ouvrage traite de la qualité du texte mis en musique, des récitatifs, des airs et duos, des chœurs, des parties restantes d’un opéra (l’ouverture, l’entracte, le final, les marches religieux ou militaires et les airs de danse) et enfin des éléments les plus discutés à l’époque : la couleur locale et le genre romantique (« une composition où l’auteur suit librement son sentiment, son goût, son imagination, son inspiration et son caprice, sans s’embarrasser du reste »). Il ajoute des remarques sur la mise en scène et sur la vérité et l’imitation théâtrales. Si cet Art du compositeur dramatique connaît un succès moindre que les deux traités qui le précèdent, il témoigne néanmoins de l’enseignement lyrique de celui qui fut le maître – entre autres – de Charles Gounod.