Accueil / Œuvres / Dame blanche, La (Scribe / Boieldieu)

Imprimer le contenu de la page

Dame blanche, La (Scribe / Boieldieu)

Date

1825.12.10

Texte

Les écrits de Walter Scott exercèrent une grande influence sur les artistes français de l’époque romantique. Témoin de cet engouement pour l’œuvre de l’écrivain écossais, le livret de La Dame blanche imaginé par Scribe est inspiré de plusieurs de ses œuvres. Il leur emprunte notamment leurs couleurs fantastiques. L’action se situe en Écosse en 1753. Après la mort du comte et de la comtesse d’Avenel, leur château est sur le point d’être vendu. Au début de l’opéra, Georges Brown, un officier anglais qu’Anna – jeune fille élevée par le comte et la comtesse –, croit bientôt reconnaître, fait son apparition. À l’issue de plusieurs péripéties, la Dame blanche lui révélera ses véritables origines : il est en fait le fils des Avenel. À la suite de cette nouvelle, Anna et Brown décident de se marier. Représenté pour la première fois à l’Opéra-Comique le 10 décembre 1825, La Dame blanche est l’un des plus grands succès de la scène lyrique française au XIXsiècle. Déjà en 1824, les Parisiens avaient goûté avec enthousiasme à la féérie romantique de la version française du Freischütz arrangé par Castil-Blaze. Le triomphe de l’ouvrage de Scribe et Boieldieu, dédié à la duchesse de Berry, lui vaut d’être joué à la cour quelques mois après sa création salle Favart. Cette réussite est d’autant plus remarquable que l’opéra avait écrit dans la plus grande hâte : il est en effet commandé à Boieldieu par le directeur de l’Opéra-Comique à la suite de l’annulation d’un opéra de Scribe et Auber dont l’une des interprètes principales était souffrante. La partition en fut donc composée – avec l’aide d’Adolphe Adam et de Labarre – et répétée en trois semaines.