Accueil / Œuvres / Valse canariote op. 88 (Camille Saint-Saëns)

Imprimer le contenu de la page

Valse canariote op. 88 (Camille Saint-Saëns)

Date

1890

Texte

Composée à La Palmas en avril 1890, la Valse canariote de Camille Saint-Saëns est dédiée à Mlle Candelaria Navarro Sigala (1870-1945), jeune pianiste issue de l’une des familles les plus riches de l’archipel des Canaries. Avant d’entrer à proprement parler dans le rythme de la valse, l’œuvre débute avec une introduction lente et solennelle à quatre temps au-dessus de laquelle le compositeur a noté « O Canaria ! Gran Canaria ! ». La première section de valse apparaît ensuite vivace. Avec ses six sections mélodiques alternées en séquences irrégulières et sa trajectoire harmonique variée (lamineur, do majeur, la majeur, fa majeur, mi majeur, mi bémol majeur, si majeur, sol majeur), cette valse est sans doute la plus sophistiquée des œuvres composées par l’auteur dans le genre. Selon Sabina Teller Ratner, l’écriture mélodique dont Saint-Saëns fait preuve ici démontre, comme souvent dans son œuvre, un goût pour la symétrie et l’équilibre. Quatre ans après la composition de la Valse canariote, Camille Saint-Saëns écrit à son éditeur Durand : « J’ai retrouvé la Señorita Candelaria Navarro mariée et fort bien mariée et mère d’une jolie petite fille de deux mois ; elle m’a joué ma valse d’une façon qui sans égaler l’exécution merveilleuse de Mme de Guitaut était fort satisfaisante ; elle néglige beaucoup son piano depuis qu’elle est mariée, en revanche elle s’est mise à chanter, et sa voix est bien timbrée et sympathique. » (10 janvier 1894)