Accueil / Documents / Articles de presse / Courrier des théâtres, 14 octobre 1841 [Lionel Foscari de Maillart]

Imprimer le contenu de la page

Courrier des théâtres, 14 octobre 1841 [Lionel Foscari de Maillart]

L’audition de la scène ou plutôt de l’acte entier intitulé Lionel Foscari, a eu lieu, hier, à l’Opéra, et, comme nous l’avions dit, au commencement du spectacle. L’aspect dramatique que l’on avait donné à l’ouvrage de M. Bazin, le lauréat de l’année dernière, au moyen des décorations et des costumes, n’a pas paru devoir être de nouveau mis en œuvre, parce que les résultats n’avaient que très faiblement répondu à la pensée. On a mieux aimé présenter la musique de M. Maillart dépouillée d’un prestige toujours quelque peu trompeur, afin qu’elle fût absolument jugée selon ses mérites. Celle de M. Bazin a pu inspirer cette idée, car elle avait produit à l’Institut un effet qui s’amoindrit considérablement sur le théâtre de l’Opéra. Il a donc été sage de modifier, dans sa forme, l’encouragement que l’on veut donner aux grands-prix de composition musicale. Chantée simplement, comme dans un concert, par des artistes en habits de ville, avec le cahier à la main, ce qui n’empêche ni le sentiment, ni l’expression, l’œuvre de M. Maillart s’est produite selon sa force, selon ses véritables proportions. On l’a trouvée faite plutôt selon la science que d’après une inspiration prononcée, et quelque peu uniforme ; mais d’heureuses mélodies, un accompagnement de bonne facture et le goût de la belle école ont révélé un élève de M. Leborne, maître très estimé. – Marié, Alizard et Mlle Elian y ont été justement applaudis.