Accueil / Documents / Livrets / Danaïdes, Les (Roullet & Tschudi)

Imprimer le contenu de la page

Danaïdes, Les (Roullet & Tschudi)

Date

1784.4.26

Description

Synopsis et livret en français ; traduction anglaise.

Extrait du live-disque Les Danaïdes d'Antonio Salieri.

SYNOPSIS

Acte I

Le théâtre représente le bord de la mer ; un temple des préparatifs des serments de la Paix et de l’Hymen ; les fils d’Égyptus descendent de leurs vaisseaux.

Le mariage entre les cinquante filles du roi Danaüs et les cinquante fils de son frère jumeau Égyptus doit mettre fin à la querelle qui déchire leur famille. Sur l’autel de la déesse Junon, Danaüs et son neveu Lyncée jurent de mettre fin à cette haine. La fille aînée de Danaüs, Hypermnestre, et le fils d’Égyptus, Lyncée, célèbrent leur amour et leur bonheur.

Acte II

Le théâtre représente un lieu souterrain du palais consacré à Némésis ; la statue de la Déesse est au milieu ; au-devant est un autel.

Danaüs est convaincu que le désir de réconciliation de son frère Égyptus n’est pas sincère. Il doit vouloir le renverser et le tuer. Afin d’empêcher cette vengeance, Danaüs rassemble ses filles dans le temple de Némésis et leur ordonne d’assassiner leurs époux durant leur nuit de noce. Toutes – sauf Hypermnestre – jurent obéissance à leur père. Resté seul avec elle, Danaüs maudit sa fille insoumise. Celle-ci demeure interdite, sans pouvoir choisir entre la loyauté envers son père et son amour pour Lyncée.

Acte III

Le théâtre représente un jardin orné pour une fête consacrée à Bacchus et aux dieux de l’Hyménée. On y voit ce qui suivait chez les anciens, le banquet du soir, au jour des noces.

Le mariage des Danaïdes avec les fils d’Égyptus est enfin célébré. Lorsque Lyncée offre à sa promise la coupe scellant leur union, Hypermnestre refuse d’y porter les lèvres. Danaüs la menace, afin qu’elle ne trahisse pas le complot qu’il a ourdi. La jeune femme n’a pas d’autre solution que de fuir les festivités. Lyncée, désespéré, se lance à sa poursuite, mais il est retenu par Danaüs. Ses frères, tout juste unis, sont accompagnés vers leurs chambres nuptiales par les chants jubilatoires de leurs épouses.

Acte IV

Le théâtre représente une galerie qui communique à l’appartement d’Hypermnestre et à ceux de ses sœurs.

Hypermnestre supplie son père de se montrer clément. Mais Danaüs reste inflexible. Il exige l’obéissance de sa fille. Restée seule, elle espère que Lyncée ne tentera pas de la retrouver. En vain : il paraît. Hypermnestre essaye alors de le convaincre qu’il doit fuir pour sauver sa vie. Mais Lyncée ne comprend pas son discours, et l’accuse de trahison. Sur le point d’avouer le sombre plan de Danaüs, Hypermnestre reste paralysée de peur. Des clameurs interrompent leurs échanges : de toutes parts s’élèvent les cris d’agonie des époux mis à mort part les Danaïdes. Hypermnestre pousse Lyncée à fuir. Tandis qu’il s’éloigne, elle perd connaissance.

Acte V

La même décoration qu’au quatrième acte

Hypermnestre pleure Lyncée, qu’elle croit mort. C’est seulement lorsque Danaüs – qui veut s’assurer de l’obéissance de sa fille – lui réclame la dépouille de son époux, qu’elle réalise qu’il est parvenu à s’enfuir. Danaüs est furieux. Pour accomplir la volonté de leur père, les Danaïdes se lancent à la poursuite de Lyncée. Dans le même temps, celui-ci a réuni ses armées et, avec son fidèle Pélagus, il pénètre dans le palais du roi. Danaüs, pris au piège, veut au moins exécuter Hypermnestre avant de mourir, mais Pélagus se jette entre la fille et le père, et tue ce dernier. Les ténèbres envahissent les cieux ; la terre s’entrouvre. Lyncée fuit avec Hypermnestre et ses soldats. La foudre et le tonnerre s’abattent sur le palais, qui est consumé par les flammes et disparait sous terre.

Le théâtre change en un instant et représente les Enfers, où l’on peut voir Danaüs attaché à un rocher. Un vautour dévore ses entrailles ensanglantées. Les Danaïdes, enchainées les unes aux autres, sont tourmentées par des Démons, torturées par des serpents et pourchassées par des Furies. Elles supplient qu’on les épargne, mais les Démons sont inflexibles et leurs promettent un supplice éternel.