Accueil / Documents / Livrets / Olympie (M. Dieulafoy & C. Brifaut)

Imprimer le contenu de la page

Olympie (M. Dieulafoy & C. Brifaut)

Date

1819

Description

Tragédie lyrique en trois actes, sur un livret d’Armand-Michel Dieulafoy et Charles Brifaut, d’après Voltaire, créée à l’Opéra de Paris le 22 décembre 1819.

Synopsis : 

ACTE I

Après la mort d’Alexandre le Grand, empoisonné par une coupe de vin, l’empire a été la proie de deux chefs rivaux : Cassandre (fils de l’échanson) et Antigone. L’opéra commence, quinze ans plus tard avec leur réconciliation publique. Car Antigone qui a broyé le breuvage fatal, cherche à savoir si Cassandre a percé son secret. En outre, pour compenser la perte d’Olympie (la fille d’Alexandre qui lui avait été promise et qui a disparu), il lui demande de lui céder la plus belle de ses captives : Aménaïs. Or c’est elle précisément que Cassandre s’apprête à épouser : il l’a soustraite, dans son berceau au massacre qui suivit la mort d’Alexandre et elle l’aime de retour. Pour célébrer les noces dans le temple de Diane, l’Hiérophante a tiré de sa réclusion volontaire la vénérable Arzane. Mais, au seul nom de Cassandre, la prêtresse rompt la cérémonie en laissant éclater une colère sacrilège. Cassandre, qui connaît son identité véritable, se trouble et Antigone, triomphant, dénonce « L’assassin de son roi ».

ACTE II

 Dans le temple de Diane, après la prière expiatoire, Arzane sommée de s’expliquer, révèle à l’Hiérophante qu’elle est Statira, veuve d’Alexandre poignardée par Cassandre vrai coupable selon elle de la mort du roi. Le seul espoir qui lui reste est de retrouver Olympie, leur fille unique. Aménaïs se présente et, inexplicablement émue, Statira lui demande ce qui l’attache à Cassandre. La révélation des circonstances dans lesquelles elle a été sauvée, et sa ressemblance avec Alexandre, lui soufflent qu’elle est sa fille. Cassandre qui survient le confirme, jure avoir retiré (et non planté) le poignard dans le sein de la Reine et ignorer la nature fatale du vin qu’il a versé, Olympie plaide en sa faveur et sa mère, touchée malgré elle, près de céder, se reprend soudain, avec une violence accrue. Antigone vient annoncer à Statira qu’elle va remonter sur le trône avec sa fille dont il deviendra le protecteur. Olympie proteste, Cassandre menace mais Antigone le condamne publiquement à mort pour ses crimes, dressant contre lui ses soldats et le peuple. 

ACTE III

L’Hiérophante vient mettre Olympie à l’abri du carnage dont les soldats réunis par Cassandre (qui s’est libéré) menacent le temple. Laissée seule, la jeune fille est partagée entre son amour et sa loyauté vis à vis de sa mère. À Antigone venu demander sa main elle oppose son vœu de se consacrer à la déesse. Statira, émue, compatit. Survient Cassandre qui, trouvant Olympie seule, peine à lui rappeler les serments qui l’engagent. Cassandre va affronter son rival en duel. Antigone mortellement blessé invoque les puissances infernales pour châtier Cassandre. Mais c’est lui qui sera frappé et dans un ultime accès de rage, avouera publiquement ses crimes. Cassandre, innocenté, pourra épouser Olympie.