Accueil / Documents / Livrets / Périchole, La (Meilhac & Halévy)

Imprimer le contenu de la page

Périchole, La (Meilhac & Halévy)

Description

Synopsis

Acte I

À Lima, le Vice-Roi du Pérou (Don Andrès) sort s’encanailler incognito – croit-il – auprès de son peuple qu’on a payé pour le flatter. Deux chanteurs des rues, La Périchole et son amant Piquillo, tentent en vain de gagner l’argent nécessaire pour se marier. Alors que Piquillo s’éloigne, La Périchole s’endort pour tromper sa faim. Le Vice-Roi, subjugué par sa beauté, lui propose de devenir demoiselle d’honneur. La Périchole n’est pas dupe des contreparties de cet engagement mais, au comble de la faim, accepte et rédige une lettre d’adieu à Piquillo. Celle-ci le plonge au désespoir et il veut se pendre. Heureux hasard, il est sauvé par le premier gentilhomme de la cour qui cherche un mari à la future favorite du Vice-Roi pour respecter les apparences. Après avoir été rassasiés et considérablement éméchés, Piquillo et La Périchole sont mariés, sans que le jeune chanteur ne réalise l’identité de son épouse.

Acte II

Le lendemain de la noce, dégrisé, Piquillo fait savoir qu’il en aime une autre et veut la retrouver. Mais l’étiquette exige qu’il présente d’abord officiellement son épouse au Vice-Roi. Quand il découvre que La Périchole devient ainsi maîtresse et favorite en titre, il éclate de fureur, insulte le monarque et se fait aussitôt expédier au cachot des « maris récalcitrants ».

Acte III – Premier tableau

La Périchole vient visiter Piquillo en prison. Après un mouvement d’humeur de sa part, elle l’informe n’avoir pas cédé aux avances du Vice-Roi. Son plan d’évasion est simple : elle va corrompre le geôlier. Celui-ci se présente mais n’est autre que le Vice-Roi déguisé, qui fait enfermer les deux coupables ensemble. C’est compter sans un vieux prisonnier qui leur permet de s’évader par un tunnel qu’il a creusé.

Acte III – Second tableau

Piquillo et La Périchole se retrouvent en ville, mais sont identifiés par une patrouille : le Vice-Roi se présente aussitôt. La Périchole et Piquillo chantent leurs malheurs, ce qui attendrit le monarque qui, magnanime, les autorise à vivre libres et heureux.