Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Articles / Bara, Olivier – Olimpie de Spontini : entre tragédie lyrique et grand opéra

Imprimer le contenu de la page

Bara, Olivier – Olimpie de Spontini : entre tragédie lyrique et grand opéra

Date

2016-5

Description

Tout travail sur l’adaptation lyrique des oeuvres littéraires a pour mérite d’attirer l’attention sur quelques titres oubliés de l’histoire de l’opéra, éclairés seulement par le nom illustre de l’écrivain qui en fournit la source. Le danger peut toutefois être double. On prêtera volontiers une trop grande attention à quelque œuvre mineure, rehaussée exagérément par une origine littéraire qu’elle ne mérite guère. On prêtera beaucoup, aussi, à tel écrivain censé avoir nourri, à son corps défendant et en tout anachronisme, tantôt le melodramma romantique, tantôt le grand opéra historique, simplement parce que ces genres lyriques ont puisé dans son oeuvre. Le risque est d’opérer un double brouillage esthétique, l’ouvrage-source se trouvant occulté par l’oeuvre adaptée, laquelle offusque à son tour son modèle.

Face à Olimpie, tragédie lyrique de Gaspare Spontini, le premier danger peut être aisément écarté : l’auteur de La Vestale mérite que l’on s’intéresse à toute son oeuvre lyrique, même à un ouvrage qui n’eut jamais le succès escompté en France. Reste le second péril. Tragédie lyrique créée, en ses multiples versions, entre 1819 et 1826, Olimpie se fonde sur une tragédie de Voltaire datée de 1762. Composé en une époque de transition par un musicien ayant triomphé sous l’Empire, l’opéra s’inspire d’une pièce de Voltaire moins connue (moins reconnue) que Zaïre, Sémiramis ou Le Fanatisme. Aussi l’ouvrage de Spontini, que son origine voltairienne n’éclaire que faiblement, apparaît-il à première vue insaisissable sur le plan esthétique : encore fidèle aux sujets et aux formes de la tragédie lyrique, il est réputé ouvrir la voie au grand opéra romantique, genre dont Voltaire serait par conséquent, selon une illusion rétrospective, un lointain inspirateur. Notre ambition est ici de réduire autant que possible une telle complexité : puisse l’étude de l’adaptation lyrique éclairer chaque oeuvre concernée dans son unicité historique et sa spécificité esthétique.