Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Articles / Jardin, Étienne – Thérèse, du couvent des Carmes à l’Opéra-Comique

Imprimer le contenu de la page

Jardin, Étienne – Thérèse, du couvent des Carmes à l’Opéra-Comique

Date

2012-3

Description

Dans ses Souvenirs , Jules Massenet raconte la suite d’événements qui, à partir de l’été 1905, le poussent à composer Thérèse : une visite du couvent des Carmes au cours de laquelle la cantatrice Lucy Arbell est émue aux larmes par le destin de Lucile Desmoulins ; une anecdote sur la fidélité d’un domestique racontée par la comtesse Tornielli lors d’un repas à l’ambassade d’Italie ; une promenade automnale dans le bois de la Cambre (à Bruxelles)... Alors que le sujet se dessine dans son esprit, « les temps horribles de la Terreur » fascinent le compositeur et l’écriture de la partition est précédée par une recherche avide de documents pouvant l’informer au mieux sur cette époque. Le drame musical en deux actes – finalisé à l’été 1906 – est écrit avec le librettiste Jules Claretie. Le fait que cette collaboration a essentiellement lieu par téléphone (instrument encore relativement rare en France) est mis en avant dans les revues évoquant l’opéra lors de sa création pour démontrer la modernité de son compositeur malgré ses 64 ans.

Article extrait du livre-disque  Thérèse de Massenet  (Palazzetto Bru Zane, collection Opéra français, 2013).