Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Articles / Reichler, Mathilde – Le Devin loin du village. La réception de l’opéra de Rousseau en son temps

Imprimer le contenu de la page

Reichler, Mathilde – Le Devin loin du village. La réception de l’opéra de Rousseau en son temps

Date

2012-1

Description

On sait que Jean-Jacques Rousseau se piquait d’être musicien… En son temps, son Devin du village fit fureur ! On ignore aujourd’hui l’incroyable réception de cet opéra, qui fut à l’origine de toute une série d’œuvres directement inspirées par son canevas. Parmi celles-ci, une parodie de Mme Favart, un opéra en russe créé à Moscou en 1777, ou encore l’œuvre d’un jeune compositeur de 12 ans : Mozart. Mais la récolte ne s’arrête pas en si bon chemin. Londres voit également la création d’une version anglaise du Devin, tandis qu’à Montréal, le marin mélomane Joseph Quesnel compose une pièce inspirée de Rousseau, qui apparaît comme l’acte fondateur de l’opéra québécois. Il faut toutefois aller jusqu’à Saint-Domingue pour trouver l’une des répercussions les plus inattendues du succès de cet intermède : Jeannot et Thérèse, variation créole sur Le Devin du village. L’opéra de Rousseau se trouve ainsi au cœur d’un passionnant dialogue des genres, et participe à l’éclosion des identités nationales dans l’Europe «élargie» du 18e siècle.