Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Articles / Stefanovič, Ana – Aube. Du poème de Rimbaud à la Sonate d’été

Imprimer le contenu de la page

Stefanovič, Ana – Aube. Du poème de Rimbaud à la Sonate d’été

Date

2011-2

Description

La Sonate d’été pour le piano de Lucien Durosoir (1878-1955), composée en 1926 et inspirée de Aube, une des Illuminations (1872-1875), poésies en prose de Rimbaud, est conçue comme un vaste poème musical : elle repose sur une structure élaborée (s’étendant sur six cent vingt deux mesures) qui suit de près la disposition et le contenu du texte littéraire. Grâce à cela, la Sonate d’été se présente aussi comme un plateau stylistiquement complexe, formé d’impulsions plurivoques. Or ses tendances différentes se condensent en deux axes fixant deux aspects-clefs de l’œuvre : la structure narrative, en relation avec la couche homologue du poème, d’une part, et l’organisation de l’espace sonore, de l’autre. Dans l’article, on examine ces deux perspectives de la Sonate qui révèlent une des tendances principales du tempérament créatif et des prédilections esthétiques de Durosoir : son écriture très individualisée repose sur l’intégration de la structure et la narrativité classiques dans un univers sonore expressément moderne. En retenant les liens forts avec l’héritage du romantisme allemand et de l’impressionisme français, le style de la Sonate d’été s’inscrit de cette façon dans le paysage contemporain habité par les œuvres de Hindemith, Chostakovitch ou de Stravinsky. Du point de vue historique, son modernisme premier, modéré, classique remplit un espace important, l’espace entre l’impressionisme et l’avant-garde, dans l’histoire de la musique française. 

Suivant »