Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Colloques à l'Opéra Comique / Camille Saint-Saëns à pleine voix (2017)

Imprimer le contenu de la page

Camille Saint-Saëns à pleine voix (2017)

Directeur(s)

Dratwicki, Alexandre
Terrier, Agnès

Description

Colloque organisé à l'Opéra-Comique, du 12 au 14 juin 2017.

Comité d'organisation : Agnès Terrier, Marie-Gabrielle Soret, Alexandre Dratwicki et Étienne Jardin

logo_medium

On a longtemps insisté sur le fait que la France n’offrait, au XIXe siècle, sa reconnaissance académique et publique qu’aux compositeurs lyriques. Est-ce pour autant par opportunisme que le pianiste et symphoniste Saint-Saëns se tourna vers l’art vocal ? Depuis ses cantates composées pour le Prix de Rome jusqu’à ses treize opéras, en passant par ses très nombreuses mélodies, quel fut le rapport du compositeur au chant ? Quels étaient sa conception de la scène, son rapport aux genres lyriques et – plus généralement – à la mise en musique de la langue française ?

Saint-Saëns et la vie lyrique de son temps

Saint-Saëns, « La voix est le plus beau des instruments ». Marie-Gabrielle Soret
La Princesse jaune et Phryné : l’opéra-comique chez Saint-Saëns. Hugh Macdonald
À pleine voix et en plein air (Orange, Nîmes, Béziers) : créations et reprises de Saint-Saëns (1894-1921). Sabine Teulon-Lardic

Saint-Saëns et le chant hors du théâtre

À l'ombre de la scène : Camille Saint-Saëns et la cantate. Michael Stegemann
Camille Saint-Saëns : « Le lied avec orchestre est une nécessité sociale ». Sébastien Troester
Les oratorios de Saint-Saëns : grâce, grandeur et tradition. Lesley Wright

Saint-Saëns en scène, du texte au théâtre

Entendre et voir l'histoire : l’opéra Henry VIII. Stéphane Leteuré
La mise en scène « biblique » dans le grand opéra : l'exemple de Samson et Dalila. Michela Niccolai
Palimpsestes littéraires et musicaux du Timbre d 'argent. Stéphane Lelièvre

Saint-Saëns et ses pairs

The Promised Land, ou Saint-Saëns contre la Zukunftsmusik. Nicolas Dufetel
« Faire comme Saint-Saëns du vide splendide ! » : Reynaldo Hahn. Philippe Blay