Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Colloques à l'Opéra Comique / L'art officiel dans la France musicale au XIXe siècle (2010)

Imprimer le contenu de la page

L'art officiel dans la France musicale au XIXe siècle (2010)

Directeur(s)

Dratwicki, Alexandre
Terrier, Agnès

Description

Colloque de l'Opéra Comique dirigé par Alexandre Dratwicki et Agnès Terrier. 8 et 9 avril 2010.

logo

On tient pour "académique" l'art officiel dans la France romantique. Pourtant, de nombreux désaccords entre l'Académie des beaux-arts, le Conservatoire, les directeurs des théâtres nationaux et même le Ministère chargé des beaux-arts prouvent que cet art "national", dit "officiel", n'était pas seulement "académique". Et qu'en est-il de ces compositeurs souvent modernes à leurs débuts (comme Méhul ou plus tard Saint-Saëns) qui ouvrirent des voies esthétiques dont les disciples seront pléthore ? A-t-on conscience d'être académique ? Quand s'opère le glissement entre modernité et conservatisme ? L'art officiel a-t-il plusieurs visages ? Autant de questions auxquelles ce colloque a tenté de répondre.

* Une soirée type à l’Opéra-Comique au XIXe siècle : un rituel bourgeois ? Olivier Bara.

* Voix et geste au XIXe siècle : un langage de convention ? Isabelle Balmori.

* Conservatoire et conservation : quelques réflexions sur une idée reçue. Rémy Campos.

* Des « Refusées ». Les compositeurs candidats malheureux à l'Académie des Beaux-arts sous la Troisième République. Myriam Chimènes.

* Autour de Mignon : un éditeur de musique, Jacques-Léopold Heugel. Anik Devriès-Lesure.

* Le Prix de Rome : un académisme « débridé » ? Alexandre Dratwicki.

* Cornélie Falcon : une interprète modèle ? Vincent Giroud.

* Du Concordat  de 1801 à la séparation de l'Église et de l'État : un siècle de mutation de la musique sacrée officielle. Dominique Hausfater.

* La Sylphide versus Degas. Martine Kahane.

* Pour une introduction à la dimension visuelle d’une représentation à l’Académie nationale de musique au XIXe siècle : le concept de « tableau ». Pierre Sérié.

* Charles Lenepveu (1840-1910) : une carrière musicale officielle et académique. Vincent Rollin.

* La commission des primes aux ouvrages dramatiques (1851-1856) : un échec instructif. Jean-Claude Yon.