Accueil / Parutions scientifiques en ligne / Colloques à l'Opéra Comique / L’interprétation lyrique de la fin du XIXe au début du XXe siècle : du livret à la mise en scène (2011)

Imprimer le contenu de la page

L’interprétation lyrique de la fin du XIXe au début du XXe siècle : du livret à la mise en scène (2011)

Directeur(s)

Dratwicki, Alexandre
Terrier, Agnès

Description

Colloque de l'Opéra Comique dirigé par Alexandre Dratwicki et Agnès Terrier. 3 et 4 mars 2011.

logo

Les XXe et XIXe siècles ne voient souvent dans la question de l'interprétation lyrique qu'une adéquation vocale et physique entre un chanteur et son personnage. L'époque romantique inventa pourtant le "livret de mise en scène" qui fut un outil essentiel dans l'apprentissage de l'interprétation scénique. La pose, le geste, le déplacement, le groupement de personnages ("le tableau") autant que le détail des décors, plantations, éclairages et accessoires confinent le chanteur dans un cadre avec lequel il doit faire corps. Ce colloque évoque tout à la fois ces aspects généraux de l'interprétation lyrique et les révolutions de la mise en scène, via des modernités comme l'éclairage électrique.

Publication en cours.

* Interférences du fait pictural avec la scène : le cas emblématique du final d’acte. Pierre Sérié.

* Les décors de Faust à l’Opéra de Paris. Mathias Auclair et Pauline Girard.

* Trois mises en scène du Tribut de Zamora de Gounod. Rémy Campos.

* Arrêts sur images : les lithographies des piano-chant : une source pour connaître le jeu et la mise en scène. Pierre Girot et Charlotte Loriot.

* Albert Carré metteur en scène. Michela Niccolai.

* Jouer Mélisande, du Théâtre de l’Œuvre à l’Opéra-Comique. Stefania Panighini.

* La mise en scène de la création de Cendrillon : voyage à travers « les beaux pays bleus ». Jonathan Parisi.

* Les formes du spectaculaire théâtral à l’aube du XXe siècle. Isabelle Moindrot.

* Persistance de la vieille lanterne magique. La circulation des décors lumineux d’Eugène Frey sur les scènes parisiennes. Stéphane Tralongo.

* Faust de Méliès. Alain Carou.