Accueil / Thèmes / Courant – Le wagnérisme en France

Imprimer le contenu de la page

Courant – Le wagnérisme en France

Mouvement culturel sans précédent en Europe, et parmi les plus saillants du XIXesiècle, le « wagnérisme » a trouvé en France sa première terre d’élection : des années 1850 jusqu’à 1914 au moins, le rayonnement artistique, social et politique de Richard Wagner y fut considérable. Les premiers propagateurs de sa pensée et de son œuvre appartiennent aux milieux littéraires d’avant-garde. Malgré le « scandale » de Tannhäuser à Paris en 1861 et en dépit des tensions politiques liées à la guerre franco-allemande de 1870, les sociétés de concerts inscrivent progressivement Wagner à leurs programmes. À partir de 1876, les mélomanes et les musiciens font le pèlerinage à Bayreuth, centre névralgique de l’Europe wagnérienne. Les écrivains s’inspirent de l’œuvre du Maître (Baudelaire, Mallarmé, Claudel, Louÿs, Proust) et les peintres lui cherchent des équivalents picturaux (Fantin-Latour, Redon, Maurice Denis). Les compositeurs, bien sûr, sont profondément marqués par l’œuvre de Wagner (Franck, Duparc, Chausson, Ropartz...), un rejet violent s’avérant parfois la seule solution pour s’en émanciper (Debussy, Saint-Saëns). Il n’est pas exagéré d’affirmer que le wagnérisme fut l’un des phénomènes les plus structurants de la France musicale du Second Empire et de la IIIe République.