Home / Documenti / Libretti / Pré aux clercs, Le (Eugène de Planard)

Stampare il contenuto della pagina

Pré aux clercs, Le (Eugène de Planard)

Data

1832

Descrizione

Synopsis

En 1582, dix ans après la Saint-Barthélemy, le règne des Valois touche à sa fin. Henri III a succédé à son frère Charles IX. Leur soeur Marguerite, la fameuse reine Margot, est revenue vivre au Louvre pour servir la politique de la reine-mère, Catherine de Médicis. Son époux Henri, roi de Navarre, consolide son statut de prétendant au trône de France.

Acte I

À Étampes, site des chasses royales, l’aubergiste Nicette fête ses fiançailles avec Girot, cabaretier parisien du Pré aux clercs. Chacun espère ainsi se rapprocher de la cour, Nicette étant la filleule campagnarde de Marguerite. La fête est troublée par des cavaliers de la Maison du roi qui s’en prennent à un gentilhomme protestant, Mergy. Celui-ci est reconnu par un courtisan italien, Cantarelli, comme son sauveur lors du siège de Bergerac. Grâce à cette protection, Mergy pourra remplir son rôle d’ambassadeur de Navarre auprès d’Henri III. Le courtisan lui livre même de précieuses informations sur Marguerite et sur sa favorite, la protestante Isabelle de Montal. Épris de cette dernière, Mergy apprend qu’elle résiste aux avances du catholique Comminge, un redoutable duelliste. Tandis que Mergy part observer la chasse, Comminge vient justement raconter à Cantarelli son dernier duel. L’arrivée de la chasse les oblige à rejoindre le roi, ce qui permet à Marguerite de venir s’isoler avec Isabelle pour l’engager à dissimuler sa tristesse, qui déplaît à la reine-mère. Épouvantée d’apprendre que le roi veut la marier à Comminge, Isabelle attire par ses pleurs à la fois Comminge et Mergy. Celui-ci est protégé par son statut d’ambassadeur mais l’atmosphère est lourde lorsque la chasse repart pour Paris, en dépit de l’invitation gracieuse de Marguerite à Nicette et Girot.

acte II

Au Louvre, un soir de fête, Marguerite ourdit le mariage secret d’Isabelle avec Mergy. Elle y emploie Cantarelli, habile intrigant, qui prépare en sa qualité d’Italien le bal masqué de la soirée. Aux courtisans qui interprètent cette mascarade se sont joints les invités de Marguerite, Nicette et Girot. Leur présence donne à Marguerite l’idée d’arranger l’union des amants protestants en même temps que la leur, le lendemain, à la chapelle du Pré aux clercs. L’astucieux Cantarelli rassure Comminge en prétendant que Mergy n’est pas venu à la cour pour Isabelle mais pour une plus royale maîtresse, Marguerite. Cependant, Henri III fait connaître sa réponse négative à l’ambassade de Mergy : Marguerite et Isabelle ne retourneront pas en Navarre, et celle-ci épousera Comminge. Le catholique laisse éclater sa joie. Désespéré, Mergy le provoque en duel : le combat se déroulera le lendemain au Pré aux clercs.

Acte III

Rendez-vous des duellistes, le Pré aux clercs est aussi le lieu de promenade des Parisiens face au Louvre, de l’autre côté de la Seine. Girot et Nicette, qui y fêtent leur soirée de noce, se disputent déjà, le cabaretier ne comprenant pas que leur mariage sert le plan de Marguerite. Mergy et Isabelle viennent en effet d’être unis. Sur l’ordre de Marguerite qui veille au bon déroulement des opérations, Cantarelli leur apporte un saufconduit qui leur permettra de rallier la Navarre. Mais Cantarelli annonce un danger imminent : Comminge arrive afin d’affronter un inconnu en duel. Les époux et leurs amis se séparent pour attendre la nuit qui favorisera leur fuite, et Mergy peut ainsi dissimuler à Isabelle le risque qu’il encourt face au redoutable Comminge. Celui-ci, d’abord gai et sûr de lui, réalise que Cantarelli lui a menti et qu’Isabelle et Mergy s’aiment : la haine des deux adversaires s’exacerbe. Une troupe d’archers les enjoint à aller se battre à couvert des arbres, loin des fenêtres du Louvre – et hors de la vue du public. Alors que sonnent huit heures, Marguerite, Nicette et Girot préparent la fuite des deux protestants. Mais où est Mergy ? Cantarelli révèle qu’un duel l’oppose plus loin à Comminge. À la vue d’une barque qui passe, transportant le corps du tué, Isabelle défaille. Mais Mergy réapparaît, vainqueur. Le couple peut prendre la fuite.